manger serpent à Le Mat

J’ai testé pour vous… le serpent !

By

Maxime, jeune étudiant français nous partage aujourd’hui une expérience culinaire exceptionnelle: manger le serpent au village de Le Mat ^ ^

S’il y a bien une chose spécifique à chaque peuple, c’est la nourriture. En France, nous avons nos plats bien particuliers : le foie gras, la raclette, les innombrables variétés de pâtisseries, de fromages, de vins et j’en passe ! Pourtant, si chacun a ses propres goûts, nous arrivons facilement à nous mettre d’accord sur les plats qui nous répugnent tous : les insectes, les reptiles, et toutes ces choses beaucoup trop exotiques pour nous !
Pas de chance pour moi, les pays d’Asie centrale et du sud-est sont assez connus pour leurs bons petits plats, mais aussi pour ces mets particuliers.
Etant là pour trois mois et en tant que bon petit journaliste, je me suis engagé dans la folle aventure de tester le serpent ! Je vois déjà certains lecteurs se dire « oh le petit joueur, le serpent cuit c’est super bon ! ». Attendez la suite…
L’arrivée à Lê Mât
Lê Mât, c’est un petit village à seulement 7 kilomètres d’Hanoï. Il est connu pour ses serpents, héritiers d’une vieille légende populaire http://fr.vietnamplus.vn/Home/Fete-du-village-des-serpents-de-Le-Mat/20135/30301.vnplus !
Depuis, le village cultive des serpents et s’en sert pour toutes sortes de choses, dont la cuisine. Ici, on pense que le serpent est un animal qui symbolise la force. Manger du serpent devrait donc rendre plus fort, fertile et prospère à en croire les dires de mon guide.

village de Le Mat

Le début des hostilités

Envoyé par mon agence de tourisme préférée : Asiatica, j’ai droit à un geste de l’établissement que je choisis comme lieu de mon arrêt de mort. Ils vont me faire découvrir l’alcool de serpent !
L’alcool de serpent…Cela fait longtemps que j’avais envie d’essayer, mais je vous assure que c’est bien plus facile d’y penser que de le faire. Quand vous voyez la flasque avec le voir les serpents qui mijotent dans de l’alcool de riz depuis des mois voire des années, le tout en décomposition, ça donne vraiment moins envie.

J’ai testé pour vous… le serpent !

L’aspect est jaunâtre, et l’odeur est très forte. Personnellement j’ai trouvé une ressemblance avec de la mie de pain !

manger serpent à Le Mat
Bref, le « shot » servit, je me suis dit qu’il fallait le boire le plus vite possible. Forcément dans la précipitation j’ai réussi à m’en verser quelques gouttes sur la joue, résultat j’ai pué toute la journée. Le goût n’était comme l’odeur, pas génial.
Après ça, un homme est venu jouer avec des serpents et m’en a fait porter un !

La mise en bouche
On passe à la partie glauque de l’article. Je suis assis à ma table, et le serveur arrive aidé d’un collègue ainsi que du serpent de tout à l’heure. Sauf que cette fois, il ne s’agissait plus de jouer avec lui, mais de faire tout le nécessaire pour qu’il soit prêt à servir de fourniture à nem…
*Ames sensibles, s’abstenir*
L’homme lui a ensuite sectionné la carotide, le vidant de son sang en direction d’un verre préalablement rempli de Vodka locale (autrement dit de l’alcool de riz). Puis il a retiré le cœur, qu’il a déposé dans un autre verre, qu’il m’a donné directement. Moi surpris, j’ai niaisement osé demander ce que je devais en faire. Forcément, il s’agissait de le boire, et sans le croquer s’il vous plaît. Après quelques longues secondes d’hésitation, je me suis exécuté et je peux vous dire qu’une fois le supplice passé, j’étais fier comme un coq !

manger serpent à Le Mat
Le fameux coeur

Le serveur, pendant ce temps-là, était occupé à chercher la vésicule biliaire. Il l’a tranchée et un liquide vert s’est déversé dans un autre verre, à l’image du sang. On se retrouve donc avec un verre de sang et un autre de bile, le tout mélangé à de la vodka et servit dans des shoots qu’il faut boire avant que cela coagule. Miam.

manger serpent à Le Mat

Au point où j’en étais, je me suis dit que j’avais fait le plus dur et c’est donc tout naturellement que j’ai bu les deux breuvages. Hourra, c’est terminé ! Pour ceux qui se demanderaient le goût, l’excitation est telle qu’on en oublie nos papilles ! L’action passe au-devant. Néanmoins, il y a toujours cette odeur de mie de pain désagréable qui reste, en plus du sang sur les doigts…

Le repas
Le plus dur est derrière nous. Nous passons serein au repas. Je vous assure qu’au point où j’en étais on aurait pu me faire avaler n’importe quoi ou presque tant j’avais l’impression qu’il n’y avait pas pire !
Le premier plat servi est une sorte de chapelure frite qui est en fait des os broyés avec des cacahuètes à mettre sur une sorte de pâte à pizza croustillante. Le plat a peu d’intérêt.
La suite en revanche est bien meilleur, avec des nems de serpents, des bouts de serpents bien dorés et j’en passe. Etonnamment, le serpent est assez difficile à manger, la viande est très caoutchouteuse si on souhaite la manger telle qu’elle. En nem en revanche c’est très bon.

manger serpent à Le Mat

Il y a aussi eu un autre plat, un peu limite celui-ci qui était un mélange de peau et de boyaux avec des légumes. Ce n’était pas mauvais mais pas transcendant !
Conclusion
Vous l’aurez compris, l’expérience n’était pas extraordinaire. Le seul intérêt de l’opération c’est la possibilité de se dire qu’on l’a fait (et qu’on le refera probablement pas !). Le coût quant à lui est un peu plus élevé que les plats locaux : 600.000 dongs pour 4, soit 26 euros !
Partagez-nous votre expérience du serpent si vous avez aussi eu l’occasion d’en consommer ! Sinon je souhaite bon courage à tous ceux à qui j’aurais donné des airs d’aventurier culinaire ! 

Maxime Desclerc

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like